Nouvelles du projet pour Haïti au 20 juillet

Jour J moins 1…

Sauf qu’il n’y a plus de jour J au programme, et nous sommes à la veille du jour où nous aurions dû charger le bus de nos 26 valises, nos ordinateurs en bandoulière, nos 10 kg chacun de bagage à main et notre enthousiasme probablement agrémenté d’un zeste de stress devant les inconnues !

Et je me dis aujourd’hui que nous avons pris la bonne décision, alors que les nouvelles sur place sont loin d’être rassurantes et que tant de personnes nous disent que nous avons bien fait, que c’était sage…

Mais aurons-nous la preuve un jour que la décision était bonne ? Peut-être même pas ! Nous pourrons peut-être nous dire pendant longtemps : « Oui, c’était sage, mais si nous y étions allés, nous aurions peut-être évité les dangers, nous aurions pu traverser Port-au-Prince sans encombre, nous aurions pu… ».

Le pasteur Bernard Bolay nous donnait une image parlante vendredi soir lors de notre « réunion de crise » :

« Un alpiniste qui prépare une ascension pendant des semaines, s’il est trop fixé sur son but d’arriver au sommet, pourrait ne pas remarquer les feux rouges durant l’ascension qui lui disent de faire demi-tour ! » Quelle frustration pour lui d’être si proche du sommet et de devoir renoncer pour refaire chemin arrière ! Et lui aussi, aura-t-il un jour la preuve qu’il n’aurait vraiment pas pu y arriver quand même ?

Je réalise que si je laisse cette question me poursuivre, il me sera difficile d’accepter le renoncement…

ET je me dis qu’il y a beaucoup de moments dans nos vies où nous devons faire des choix sans avoir toujours des preuves flagrantes que les renoncements ont été nécessaires ou bénéfiques ! Est-ce que cela s’appellerait REGRETS ? Combien en traînons-nous accrochés comme des boulets à nos pieds ? Parmi toutes les paroles de Jésus qui nous sont reportées dans la Bible, Il y a ce moment où il prend l’image du laboureur, un de ces labeurs de la terre qu’il respectera infiniment tout au long de sa vie terrestre. ET il déconseille d’être comme un laboureur qui regarderait derrière lui tout en avançant… Vous voyez bien ce qui se produirait alors, la déviation de ses sillons !

Bon… Je pense que nous aurons encore besoin d’un peu de temps pour abandonner ces questionnements qui traînent encore, pour ne pas regarder derrière avec regrets ! Mais ça sera indispensable pour regarder devant et réfléchir à la manière de poursuivre ce projet.

Lundi le groupe se retrouve pour un temps de grillades, de partages, d’informations pour les assurances annulation… et pour envisager la suite.

Rendez-vous aux prochaines nouvelles et merci de votre soutien manifesté de mille manières !

Pierrette Fardel

 

Nouvelles au 14 juillet 2018

Feu d’artifices pour certains… Espoir d’une finale gagnée pour d’autres… (ou pour les mêmes ?!)… Bouchons sur les grands axes…

Cette journée pour notre groupe a une couleur bien particulière : celle de la déception, de la tristesse, mais du soulagement après une semaine difficile à faire le tour du problème : On part ou on part pas ??

Vous avez compris que la décision a été prise formellement hier soir : pour des raisons de sécurité nous reportons le camp, probablement pour l’année prochaine.

Dans cette rencontre, il y a eu de la déception, de l’inquiétude, de la colère : « On fait tout ce travail d’une année pour rien ?! »

Pour rien ?… Pas vraiment ! Le bâtiment est construit, prêt à être utilisé. Les 2/3 de l’objectif de la recherche de fond était pour financer entièrement la construction, le matériel, les travailleurs. ET tout cela est payé !

Pour rien ?… Pas vraiment ! Des centaines de personnes se sont retrouvées autour de ce projet, soit pour l’exposition de photos de Marion Savoy, soit pour le repas de soutien du 21 avril, ou celui du 3 juin, soit pour la célébration d’envoi du 30 juin !

Pour rien ?… Pas vraiment ! Le groupe a travaillé à une dynamique, à une stratégie de recherche de fond, à une préparation pour partir dans un contexte si différent. Sortir de la zone de confort ? Ils l’ont déjà expérimenté un petit bout durant cette année.

 

Pour rien ? Je pense que tout ce qui peut être fait pour que ce pays ne soit pas oublié est essentiel ! Nous avons constaté ces jours combien nos médias ont presque tous ignoré les évènements du week-end dernier et l’instabilité actuelle d’Haïti ! Les histoires de ballons ont eu la part belle, ces jours !

 

Hier soir, lors de notre rencontre spéciale, plusieurs remarques et prises de conscience ont été comme des pierres posées sur lesquelles nous avons pu nous appuyer pour que la décision ait du sens.

De réaliser que nos hôtes auraient dû prendre beaucoup de risques pour venir nous chercher à l’aéroport et assurer le ravitaillement d’un groupe… De réaliser que, alors que nous voulions aider, ce seraient à eux de nous aider pour assurer notre sécurité :  Projet inversé !… De réaliser aussi que les émeutes de là-bas n’ont rien à voir avec les manifestations d’ici, et que nous risquons d’être des catalyseurs de violence pour des haïtiens tellement déçus et en colère de leurs conditions de vie.

Oui, il y a les vaccins pris pour rien, les billets d’avion perdus, le désir d’être enfin dans le projet concret qui tombe à l’eau, la perspective de la découverte de ce pays et de cette école, les dizaines de kg de livres déjà plastifiés et prêts à être installés sur les étagères qui vont rester en plan jusqu’à ce que nous ayons la possibilité de les acheminer là-bas.

Il y a tout ça, mais avant tout notre compassion et notre prière pour ce peuple !

Nous vous partagerons bien sûr la suite de ce projet et nous vous remercions encore de votre soutien d’une manière ou d’une autre !

Pierrette Fardel

 

Nouvelles du camp en Haïti

Jour J moins 8 …

Près de 350 kg de matériel, en particulier beaucoup de livres déjà plastifiés, du matériel scolaire, des valises pesées pour ne pas dépasser le poids règlementaire…

Les vaccins en ordre… L’objectif du budget atteint… Le bâtiment nouvellement construit que nous avons financé est prêt à accueillir la bibliothèque… Le chauffeur et son bus prêts pour le rendez-vous samedi 21 juillet à 14h à Vevey pour charger les valises… Le groupe fin prêt et motivé  » à fond » pour ce voyage que nous préparons depuis une année…

Le 30 juin, le groupe a passé sa dernière journée de préparation. A 17h nous étions rejoints par les amis, les parents et ceux qui nous accompagnent par leur prière dans cette aventure. Un moment fort dans l’église de Chardonne où le pasteur Bernard Bolay nous a encouragés à laisser tomber les préjugés et à oser aller à la rencontre de l’autre, de soi-même et de Dieu dans ces deux semaines et demi où nous allons nous trouver confrontés à tant de différences par rapport à notre quotidien…

Partir… ou pas ?? Et nous voilà confronter brusquement à cette grande question ! Les troubles du week-end dernier dont nous avons si peu entendu parlés dans nos médias sont graves et conséquents.

Une augmentation allant jusqu’à 50% est annoncée alors que les conditions de vie sont si difficiles et que des Haïtiens en sont à réclamer leur 27 derniers salaires ! Même si le gouvernement est revenu en arrière sur cette décision d’augmentation, le mouvement de révolte pourrait ne pas s’arrêter ainsi. Sans faire une analyse poussée de la situation politique de ce pays qui nous tient à cœur, nous pouvons dire que l’insécurité est bien réelle et que les réactions peuvent être violentes.

Les communiqués de l’ambassade de Suisse parlent d’une « situation très volatile et totalement imprévisible ».

Partir… ou pas ?!

Nous donnerons des nouvelles dans les jours qui suivent et vous tiendrons au courant de la décision prise.

 

 

Dans le rétro :

8 mai 2018

Où en est le projet du camp ?

Voilà plus de deux ans que le projet de partir avec un groupe de jeunes mijote dans la marmite de l’aumônerie jeunesse de la région Riviera – Pays-d’Enhaut…

Depuis septembre 2017, le groupe s’est formé et s’est mis au travail :

Plusieurs rencontres ont eu lieu pour

  • Faire connaissance
  • Définir le projet
  • Préparer le budget
  • Choisir et préparer des évènements pour récolter de l’argent
  • Faire des recherches sur le pays (culture, histoire, économie, éducation, religion…)

Notre budget a été préparé en choisissant principalement de financer la construction du bâtiment que nous aménagerons, ce qui en fait la plus grosse partie. Et nous avons déjà pu envoyer les 2/3 du prix de la construction !

Ceci grâce aux rentrées d’argent lors de notre exposition de photos de fin janvier à Sainte-Claire (Vevey) ainsi que l’arrivée des premiers dons suite à l’envoie de plus de 100 lettres personnelles et d’une cinquantaine de dossiers aux communes, paroisses et commerces de la région. Des dons divers, petits ou grands, qui ensemble font grandir la rivière. Nous espérons atteindre l’objectif d’ici cet été !

Les évènements importants pour la recherche de fonds ?

  • L’exposition de photos en janvier, grâce à la photographe Maron Savoy qui nous a généreusement offert son temps et ses compétences ! Mis à part les frais de commande, tout le bénéfice des ventes a été versé pour le projet !
  • Une invitation à présenter le projet lors de la journée mondiale de prière à Clarens. La collecte a été versée pour le camp.
  • Un souper de soutien en avril qui a réuni plus de 160 personnes, autour d’un menu délicieux et d’une tombola grandiose par ses lots grâce aux commerçants de la région.

A venir :

  • Un repas de soutien le dimanche 3 juin préparé par les parents d’un catéchumène qui ont voulu faire un projet dans le cadre du KT « Engagés pour un monde meilleur ». Lien pour arriver sur la présentation du dimanche 3 juin
  • Une présence au repas partage de la paroisse de Clarens le 5 juin, avec la présentation du projet

 

Nous avons récolté une grande quantité de livres pour enfants ainsi que du matériel scolaire, pédagogique, éducatif dont nous remplirons nos valises. 30 ordinateurs portables nous ont aussi été donnés.

Merci à la paroisse de Vevey qui nous laisse occuper un coin du galetas de Sainte-Claire.

 

Les aspects pratiques de notre voyage se précisent, puisque les billets d’avion Paris-Port-au-Prince – retour sont réservés pour le 22 juillet à l’aller et le 7 août au retour. Ces billets sont entièrement pris en charge par chaque participant. Mais comment aller à Paris le samedi 21 juillet, avec chacun 2 valises de 23 kg, un sac avec un ordinateur en bandoulière ainsi qu’un bagage à main plein au maximum ? Ce qui fait plus de 53 kg par personne ? Et lors d’un des week-ends les plus chargés de l’été ? Et traverser Paris pour passer de la gare de Lyon à l’aéroport d’Orly  avec nos bagages?

Casse-tête, stress et recherches de solution… Jusqu’au moment où le frère de notre accompagnante, Pierre-André, chauffeur professionnel, nous propose de nous y conduire bénévolement en bus. Après discussion avec son employeur, Jean-Louis Voyage, celui-ci nous propose de mettre son bus à disposition, pleins et péages compris, pour la modique somme de 600.- !

J’avais bien vu que mon budget prévu était illusoire pour le trajet Vevey-Paris-Orly ! Pensez : 50.- par personne ! Et bien, c’est ce que cela nous coutera : 50.- par personne !

 

Sur place, dans le village d’Oriani, à l’école de Marie-Anne et Arun, les choses s’organisent. L’organisation de la bibliothèque se préparent, le camp d’enfants, la journée pour planter des pins, notre séjour à Port-au-Prince à la fin…

Et surtout la construction du nouveau bâtiment avance ! la dalle pour l’étage supérieur a été terminée juste avant le gros week-end de pluie !

Le lien vidéo suit dès que possible !

La pluie s’est fait attendre, comme souvent, alors que c’est la seule ressource en eau dans cette région ! Mais elle est arrivée, même violemment dans d’autres endroits du pays.

 

De quoi avons-nous besoin maintenant ?

  • De vos prières pour le groupe, pour la famille Peirera sur place, pour les enfants de l’école et la fin de l’année scolaire.
  • D’inscriptions au repas de soutien du 3 juin
  • De matériel scolaire
  • De clés USB remplies de livres, jeux éducatifs, dictionnaires
  • De vos encouragements 😊

Un grand merci à tous ceux qui nous soutiennent d’une manière ou d’une autre dans ce beau projet !

Pierrette Fardel