Noël : l’attente d’un règne de paix et de justice. Nous croyons qu’il arrive à travers un fragile nourrisson face à l’armée d’un tyran… son nom: «Dieu avec nous», «Dieu sauve», «Prince de la paix»!

Veillez !

Dans le temps de l’Avent et de Noël résonne l’appel des prophètes et du Christ à veiller malgré les longues heures de la nuit, à rester vigilants malgré le déchaînement des forces du mal, à garder la foi en la vie, toute fragile qu’elle apparaisse, face au déferlement des forces de mort. «Veiller, c’est vivre consciemment chaque instant qui passe, être pleinement présent, vraiment vivant», Anselm Grün. S’ils n’avaient pas veillé, les bergers n’auraient jamais vu la lumière de Noël. Peut-être faut-il connaître les ténèbres pour apprécier la lumière ? Peut-être faut-il connaître l’absence de Dieu pour reconnaître la foi ?

Le combat spirituel

La foi n’est pas le déni de l’épreuve, mais l’accueil de l’esprit de Dieu qui nous donne la force de traverser les difficultés. Dans ces temps de chamboulement, les chrétiens doivent s’armer de courage et de toutes les armes du combat spirituel ! Je vous invite à trouver dans ce passage de la lettre aux Ephésiens (6, 10-18) de l’espérance pour tenir bon:

«Rendez-vous puissants dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force. Revêtez l’armure de Dieu, pour pouvoir résister aux manœuvres du diable. Car ce n’est pas contre des adversaires de sang et de chair que nous avons à lutter, mais contre les principautés, contre les puissances, contre les régisseurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal qui habitent les espaces célestes. C’est pour cela qu’il vous faut endosser l’armure de Dieu, afin qu’au jour mauvais vous puissiez résister et, après avoir tout mis en œuvre, rester fermes. Tenez-vous donc debout, avec la vérité pour ceinture, la justice pour cuirasse, et pour chaussures le zèle à propager l’évangile de la paix; ayez toujours en main le bouclier de la foi, grâce auquel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du mauvais; enfin recevez le casque du salut et le glaive de l’esprit, c’est à dire la parole de Dieu. Vivez dans la prière et les supplications; priez en tout temps, dans l’esprit; apportez-y une vigilance inlassable et intercédez pour tous les saints.»

L’évangile de la paix

Trois éléments m’encouragent : 1. Nous pouvons nous appuyer sur le Seigneur pour retrouver de la force; Dieu ne nous ajoute pas de charges, mais soutient notre vie. 2. Nos adversaires ne sont pas des êtres de chair et de sang, mais des puissances; notre combat est contre ce qui aliène l’humain, la peur, la perversion, l’envie, le pouvoir, etc., et non contre nos frères et sœurs humains. 3. Les armes que Dieu nous donne sont principalement défensives; et le glaive de l’esprit, apparemment offensif, permet surtout le discernement des puissances aliénantes.

Dieu nous équipe pour annoncer et vivre l’évangile de la paix. C’est d’ailleurs bien ce que chantent les anges dans le ciel de Noël… Que la paix soit sur votre maison !

Christian Pittet, pasteur

Réformés – édition décembre 2020 – janvier 2021, en Une du cahier régional

 

© Pixabay – Janeb13