Mardi 7 janvier 2020

Marc 1,29-39 Multitude et solitude (Marc 1,29-39)


Lire le texte

Les évangiles offrent une large place à l’activité thérapeutique de Jésus. A l’encontre de tout intellectualisme, il accepte le contact avec les gens et se préoccupe de leur condition matérielle : leurs maladies, leur pauvreté ou leur richesse… Ses guérisons sont pourtant toujours présentées de manière très schématique : Jésus prend la belle-mère de Simon par la main et la relève : comme ressuscitée, elle revient dans le monde des vivants, instantanément guérie. C’est cet aspect symbolique qui est toujours mis en évidence ou juste suggéré. Les deux épisodes suivants opposent la multitude et la solitude. Jésus a grand succès, mais le nombre comporte un danger, qu’il perçoit. Alors qu’il s’est retiré pour prier – un moment axial de son ministère –, on en vient presque à le pourchasser. Refusant d’être une star adulée ou de jouer un rôle dénaturé contraire à sa mission, il décide de continuer dans d’autres lieux. Nos contemporains semblent aimer de plus en plus les grands rassemblements et la masse. Certaines Eglises américaines rassemblent des foules immenses autour d’activités qui nous paraissent fort suspectes. Il devient difficile de vivre le «là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux». Ce n’est pourtant pas le nombre, mais «l’autorité» qui fait la différence, rimant avec fidélité et vérité.

René Blanchet

Prière: Seigneur, apprends-nous (simplement) à tendre la main : vers les souffrants de corps, de cœur ou d’âme, vers tous ceux que nous rencontrons. Donne-nous de trouver notre force en toi, sans nous laisser impressionner ou obséder par le nombre.  

Référence biblique : Marc 1, 29 - 39

Commentaire du 08.01.2020
Commentaire du 06.01.2020